Menu

 

Visite de l’arboretum de Beaulieu sous Bressuire, le lundi 30 mars.

 

 

Les élèves de terminales Scientifique sont allés à l’arboretum où ils ont rencontré la propriétaire Geneviève Sauvé, ingénieure des eaux et forêts. Avec son mari, elle a créé dans une propriété familiale une collection de 2000 à 2500 espèces d'arbres et d'arbustes sur une surface de 15 ha. 

 

L’occasion de faire connaissance avec le  patrimoine local « nature- arbres »

Le parc présente en effet une multiplicité de milieux différents, très favorables à la biodiversité animale et végétale. Les chevreuils côtoient insectes, batraciens, oiseaux, petits mammifères...


La classification  et l’Identification des arbres, arbustes et autres êtres vivants

Pour Geneviève Sauvé  « L’homme a besoin de classer, pour comprendre, mais la nature s’en fiche des classifications ». La vie existe sur Terre depuis environ 3,8 milliards d’années  et depuis, elle n’a cessé de se diversifier et de se complexifier et il n’est pas simple de dire que telle plante appartient à une espèce précise.

Selon elle « L’Homme veut toujours se positionner  au sommet de l’évolution mais dans notre fonctionnement, nous sommes très moyens ».

Les végétaux sont essentiels

Leurs feuilles sont de véritables usines à produire de la matière organique. Sans eux, pas de nourriture. Ils sont à la base de tout alors que sans les animaux, les végétaux peuvent continuer à vivre.


La vie dans le sol

Les sols grouillent de vie .Les vers de terre recyclent en permanence la matière et avec les champignons, les bactéries et une multitude d’autres espèces, ils contribuent à enrichir les sols.

 

Les modifications climatiques ont des répercussions sur le développement des végétaux dans notre région

Le lierre (une plante à l’origine tropicale) par exemple a vu sa période de floraison s’accroître et il se développe  de plus en plus. La température lui est de plus en plus favorable de même que la teneur atmosphérique en CO2. Il fait donc plus de fruits, plus de graines et devient parfois envahissant.


La reproduction des végétaux

La rencontre entre les gamètes mâles (grain de pollen) et gamètes femelles (ovule) se fait grâce aux insectes, aux oiseaux, aux chauves-souris, au vent.

« Un chêne, Il fleurit mais l’on ne s’en aperçoit pas » explique Geneviève Sauvé. C’est souvent le cas pour les arbres dont la dispersion du pollen se fait par le vent. Lorsque la fécondation est due aux insectes, il est important que ceux -ci- repèrent les fleurs. Les plantes les attirent par leurs couleurs, leurs odeurs, leur nectar.


Les végétaux ont la capacité à se reproduire de façon asexuée aussi : bouturage, drageonnage…

Les peupliers blancs, les bambous drageonnent ; ils refont des tiges sur leurs racines et peuvent ainsi proliférer à un rythme soutenu. Il existerait des peupliers dont le patrimoine génétique daterait de 80 000 ans ; leurs clones sont toujours vivants. Ici, pas de brassage génétique ; la reproduction asexuée des végétaux est très efficace. Certains végétaux peuvent être redoutables au niveau prolifération.

 

Merci à Geneviève Sauvé pour son accueil et pour la qualité de ses interventions.

 

                                                                                                 Jocelyne Lemarié et Françoise Devauchelle

 

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Adresse : Les Noues

Code postal : 79300

Ville : BEAULIEU SOUS BRESSUIRE

Département : 79 - Deux-Sèvres

Se Connecter

A la Une!

Le MOI sans tabac!

mercredi 25 septembre 2019 15:52

 

MOIS SANS TABAC 2019

Vous voulez tenter d’arrêter de fumer et de gagner un lot ? Inscrivez-vous dans le groupe d’arrêt du tabac ! Du 5 novembre au 3 décembre 2019.

Le menu du Chef!

Couleurs

Trame de fond